Menu

Nuisibles

Les chenilles processionnaires

photo de chenilles processionnaires

Ces insectes sont de plus en plus présents à Saint-Priest en Jarez comme dans une bonne moitié de la France. On peut voir leurs cocons blancs où ils passent l’hiver dans les hautes branches de beaucoup de résineux.

  • Quels risques ? Ces chenilles ne sont pas vraiment dangereuses pour l’homme. Seul souci, leurs poils qui sont très urticants en cas de contact avec la peau. Il faut donc ne jamais les toucher lorsqu’on aperçoit une de leurs longues colonnes cheminant au sol et veiller également à ce que les enfants et les animaux ne s’en approchent pas. Il est vrai par contre qu’elles affaiblissent les arbres en dévorant les aiguilles de pin.
  • Comment s’en débarrasser ? Il n’y a malheureusement aucune solution simple. On peut évidemment tailler et brûler les branches infestées, mais ce ne sera pas une solution définitive. En effet ces chenilles sont les larves d’un papillon de nuit qui descendent de leurs nids aux beaux jours pour s’enterrer. Elles vont ensuite passer plusieurs mois sous terre avant de ressortir devenues papillons pour pondre leurs œufs dans les arbres. Ces papillons même s’ils ne vivent qu’un ou deux jours, le temps de s’accoupler, peuvent parcourir des kilomètres avant que la femelle ponde ses œufs en haut des arbres. Un secteur traité se trouvera donc assez rapidement colonisé à nouveau.
  • Des solutions écologiques ?  Il existe des pièges biologiques dont on peut trouver les modèles sur internet. Et puis on peut toujours compter sur les oiseaux, puisque les pies et les mésanges semblent quand même avoir du goût pour ces insectes. Alors essayons les nichoirs dans nos jardins.

Site de l’INRA

 

Le frelon asiatique

photo de frelon asiatique

Le frelon asiatique  poursuit sa progression sur le territoire rhônalpin. Outre la problématique liée à sa présence sur les zones urbanisées, il représente une véritable menace pour la biodiversité et la santé des abeilles.

Plan de surveillance et de lutte régional

Comment signaler un individu ou un nid ?

Toute personne suspectant la présence d’un frelon asiatique est invitée à en faire le signalement soit :

 

Le moustique tigre

photo de moustique tigre

Aedes albopictus de son vrai nom, le moustique tigre est originaire d’Asie et se distingue des autres moustiques par sa coloration contrastée noire et blanche. Il s’est développé de manière significative et continue depuis 2004 en métropole où il est désormais présent dans 51 départements. Ce moustique de très petite taille est particulièrement nuisible : ses piqûres interviennent principalement à l’extérieur des habitations, pendant la journée, avec un pic d’agressivité à la levée du jour et au crépuscule.

Il peut également être« vecteur » de la dengue, du chikungunya et du zika si, et seulement si, il est contaminé. Il s’infecte en piquant une personne ayant un de ces virus dans son sang, malade ou non, et qui revient d’un voyage dans un pays où ces maladies sont présentes. Il devient ainsi capable de transmettre la maladie dans le proche voisinage en piquant ensuite des personnes saines.

Prévention : le moustique qui vous pique est né chez vous !

Le moustique tigre se développe surtout en zone urbaine, dans de petites quantités d’eau, et se déplace peu au cours de sa vie (100 mètres autour de son lieu de naissance).

Comment éviter la prolifération des moustiques ?
Les produits anti-moustiques (insecticides et répulsifs) ne permettant pas d’éliminer durablement les moustiques, il est nécessaire de limiter leurs lieux de ponte et de repos.

  • Supprimer les gîtes larvaires, c’est supprimer toute eau stagnante au domicile et autour, c’est couvrir, jeter et vider tous les récipients pouvant contenir de l’eau :
  • Supprimer ou vider régulièrement les petits récipients pouvant contenir de l’eau dans les jardins.
  • Vider les vases, les soucoupes des pots de fleurs ou les remplir de sable humide 
  • Ranger à l’abri de la pluie tous les stockages pouvant contenir de l’eau : pneus, bâches plastique, jeux d’enfants, pieds de parasol, mobiliers de jardin…
  • Prévoir une pente suffisante pour que l’eau ne stagne pas dans les gouttières et les curer veiller à la bonne évacuation des eaux de pluie.
  • Couvrir les bidons de récupération d’eau de pluie pour les rendre inaccessibles aux moustiques (les couvrir d’une moustiquaire ou d’un tissu fin), retourner les arrosoirs.
  • Entretenir le jardin : élaguez, débroussaillez, taillez, ramassez les fruits tombés et les déchets végétaux, réduisez les sources d’humidité.

Si vous pensez avoir observé un moustique tigre près de chez vous, vous pouvez le signaler sur www.signalement-moustique.fr

Plaquette ARS-EIRAD.pdf 819 Ko


Page mise à jour le 05 octobre 2021